Concerts LED ZEPPELIN 1980

Concert LED ZEPPELIN 2007

Led Zeppelin est en ville et la ville ne parle que de ça. Vous sortez du métro, vous arrivez tout près du méridien de Greenwich qui est là sur le sol mais vous ne voyez que cet écran géant en face qui diffuse une pub pour Mothership. Aux abords de l'O2, vous ne voyez plus que des personnes avec des tee shirt de Led Zep puis en continuant à gauche, on trouve le dôme géant, gigantesque, démesuré comme le concert de Led Zeppelin du lendemain mais ça nul ne le sait encore.

Vous pénetrez dans le hall, quatre longues files d'attentes, définie par ordre alphabétique, vous patientez pendant deux heures, vos jambes commencent à vous lacher mais patience, bientôt vous aurez votre billet et votre bracelet rouge, les rouges, c'est pour ceux qui seront assis, les bleus pour ceux qui seront debout dans la fosse. Rouge c'est mieux pour ceux qui ont dépassé la quarantaine comme vous et votre ami, le bleu pour vos jeunes amis qui passeront la nuit à l'O2 pour être devant Robert Plant, Jimmy Page, John Paul Jones et Jason Bonham et seront les premiers francophones à rentrer :)

Et hop, cris de joie,vous avez le précieux sésame, c'est l'heure d'aller basculer 2, 3 pintes sans mousse et puis c'est minuit, vous rentrez dormir pour être en pleine forme le lendemain. Vous occupez la journée à vous balader à Piccadilly et Soho, vous remarquer les taxis aux couleurs de Led Zeppelin, direction l'O2 et vous refaites un peu la queue pour retrouver votre place assise.

La première partie passe avec quelques entrées comme Yes, Bill Wyman, Paolo Nutini, Maggie Bell, Paul Rodgers, Foreigner mais vous attendez impatiemment le plat principal comme les 17999 autres qui n'auraient loupé ça pour rien au monde même à 125 £ (200 €) le billet, plus le transport, la nourriture ou le logement hors de prix ici.

Sur un grand écran, une télé d'époque vous diffuse un vieux reportage extrait d'un Dvd qui vous présente les membres du groupe un par un, acclamations. L'écran devient noir puis c'est l'explosion, le déluge de feu, "Good Times Bad Times", "Ramble On", le son part en vrille, c'est pas en place, Jimmy Page marche sur les plates bandes des autres, un doute vous envahit, non il ne faut pas qu'ils se plantent là, la critique va les enfoncer sinon.

Puis "Black Dog" déboule, c'est encore brouillon mais le public est déjà en délire. "In My Time of Dying" vient après et c'est mieux, le concert est lancé. Robert Plant chante avec conviction ce titre dont il ne voulait plus entendre parler, ils sont enfin dans le tempo.

"For Your Life" de Presence, jamais interprétée en live auparavant est jouée à deux cent à l'heure amenant un "Trampled Under Foot" groovy, le parterre en bas danse la tête dans les étoiles, autour de vous les gens commencent à se lever et danser aussi, tout va s'enchaîner jusqu''à la fin comme ça, sans répit, magique et intense comme il y a si longtemps.

"Nobody's Fault But Mine", "No Quarter", "Since I've Been Loving You", beaucoup de complicité dans le groupe, regards de vieux potes qui se retrouvent entre Page et Plant ou bien Page et Jones. Robert donne une accolade à Jimmy pendant un fantastique "Dazed And Confused" avec un jeu de laser bluffant autour de Jimmy époustouflant, jouant de son archet à une vitesse qui n'est plus humaine.

"Stairway To Heaven", vous avez les larmes aux yeux même si le solo double-manche de Page n'est pas parfait, Plant chante divinement et rattrape l'affaire. "The Song Remains The Same", "Misty Mountain Hop", Robert annonce ému, que cinquante nations sont représentées dans cette salle, et voici la 51ème puis le sommet du concert : un merveilleux "Kashmir" où un divin Robert Plant pousse sa voix dans des hauteurs étonnantes.

Le premier rappel arrive déjà "Whole Lotta Love", Jimmy nous ressort son theremin, tout l'O2 est debout, l'ambiance est indescriptible, Jason Bonham remplace son père dignement, image forte, il se prosternera devant les 3 autres, reconnaissant, les remerciant de ce grand moment de bonheur intense partagé.

Ils partent une seconde fois, et reviennent pour "Rock And Roll" qui conclut cette soirée qu'il y a un an encore vous n'auriez même pas espéré. C'est fini, les discussions à batons rompus vont bon train, tous les fans présents pensent qu'ils pourront remettre ça mais Robert se laissera t-il convaincre encore une fois ?

Vous rentrez en France des rèves plein la tête, du baume au coeur, la banane jusqu'aux oreilles. Le plus beau concert de votre vie, oui monsieur c'était LED ZEPPELIN à Londres le 10 décembre 2007.

La set-list :

01.Good Times Bad Times 02.Ramble On 03.Black Dog 04.In My Time Of Dying 05.For Your Life 06.Trampled Under Foot 07.Nobody's Fault But Mine 08.No Quarter 09.Since I've Been Loving You 10.Dazed And Confused 11.Stairway To Heaven 12.The Song Remains The Same 13.Misty Mountain Hop 14.Kashmir.

Rappel 1 : Whole Lotta Love

Rappel 2 : Rock And Roll

Quelques liens :

L'actualité de Robert Plant • L'article de Philippe Manoeuvre pour Rock'n'Folk.

Concerts LED ZEPPELIN